Bref ou dans la Durée

Certaines définitions des plus officielles du coaching précisent que la pratique du coaching est un accompagnement dans la durée. Dans ce sens, de nombreux coachs individuels s’inscrivent dans une démarche qui comprend un ensemble quelquefois renouvelable de huit à douze séances, étalées sur une période qui varie de quatre mois à une année. Dans cette pratique de coaching, le détail du nombre, du rythme et de la durée des séances importe peu, s’il est contractuel c’est à dire négocié et décidé avec le client.

Il existe cependant des pratiques de coaching qui sortent de ce cadre de référence.

Un exemple est la pratique du coaching « bref » où selon ses praticiens, une à deux séances pas forcément très longues peuvent suffire pour obtenir des résultats plus que satisfaisants. Cette approche de coaching hérite tout naturellement du cadre de référence des « thérapies brèves » où la démarche met un accent immédiat sur la recherche et la mise en œuvre de solutions par le client. Dans le cadre de cette approche pointue centrée sur des objectifs très précis, une seule session peut suffire, quelquefois accompagnée d’un court rendez-vous de suivi qui ressemblerait plutôt à un bilan.

La première approche de coaching dans la durée privilégie la relation et l’évolution du client alors que la deuxième cherche plutôt à effectuer une percée immédiate dans le cadre de référence du client. La première peut être considérée plus protectrice, mais lente, et la seconde plus performante, mais dérangeante. Toujours est-il que ces deux approches témoignent de pratiques de coaching très différentes. Il semble en effet que ces deux « types » ou pratiques de coaching soient aux antipodes en ce qui concerne le cadre de référence des coachs concernés (et donc de leurs types de clients), de leurs « outils », de leurs résultats, de leurs contrats, etc.

En entreprise, il est à souligner que le contexte général voudrait que des formations et interventions diverses de brève durée ne soient pas considérées comme des actions de coaching. Si c’est du coaching, il y a presque obligatoirement un accompagnement dans le temps voire un certain nombre de suivis prévus presque contractuellement, dès le départ de la démarche. C’est sans compter sur la pratique du coaching « bref » par laquelle une seule session bien concentrée peut suffire pour atteindre des résultats à la fois probants, immédiats et durables.

Cette réflexion ouvre le débat sur la possibilité d'envisager d'autres démarches de coaching qui sortiraient de l'ordinaire et serviraient à atteindre des objectifs différents. Pourquoi pas, par exemple, envisager un processus de coaching de cinq sessions étalées sur cinq mois, chacune accompagnée par un coach différent mais issu du même réseau, et chacun pratiquant une approche "brève" ? Une créativité pratique pourrait permettre aux coachs d'ouvrir les horizons de leurs différentes pratiques, afin de ne pas creuser tout de suite des ornières trop profondes qui empêcheraient l'évolution du métier..

Connexion